Vous vous êtes toujours demandé de quoi est composé l’univers mais vous n’avez jamais pris le temps de faire le tour de la question? Ça tombe bien car nous avons rassemblé dans ce guide ultime sur la composition de l’univers des explications simples sur chacun des objets qui le composent.

Embarquez sur le vaisseau commandant, votre siège vous attend.

Intérieur d'un vaisseau spatial

Les unités de grandeur en astronomie

Avant de parler de la structure de l’univers et pour comprendre cet article, il est primordial d’avoir en tête quelques unités de grandeur propres à l’astronomie.

  • La masse solaire est une unité de masse qui permet d’exprimer la masse des objets célestes qui composent l’univers. Elle correspond (sans surprise) à la masse du Soleil de notre système solaire. Par exemple : la masse de notre galaxie (la voie lactée) est de 600 milliards de masses solaires.
  • Les mètres et les kilomètres sont utilisés quand on parle d’objets célestes ou quand on parle de distances assez courtes (à l’échelle de l’univers). Par exemple : “le rayon terrestre mesure 6 400 km” ou “la distance entre la terre et la lune est de 384 000 km”.
  • L’unité astronomique (abrégée UA) sert à exprimer des distances à l’échelle du système solaire. En effet, 1 unité astronomique équivaut à la distance entre la Terre et le Soleil soit 149 millions de kilomètres. On utilise donc les UA pour exprimer des distances raisonnables entre planètes. Par exemple la distance entre Jupiter et le Soleil = 5,2 UA (5,2 * la distance entre la Terre et le Soleil) soit 775 millions de km.
  • L’année-lumière (abrégée AL) est utilisée pour exprimer des distances de l’ordre de la taille d’une galaxie ou de l’ordre de la distance entre 2 galaxies. 1 année-lumière équivaut à 63 500 UA soit 9460 milliards km. On peut également parler en jour lumière (/ 365) ou en heure lumière, minute lumière….
  • Le parsec (parallaxe-seconde) est quand à lui utilisé pour les distances gigantesques. Il équivaut à 648 000 UA /π soit plus au moins 3,26 années-lumières. On peut également parler en kiloparsec (kpc) ou en million parsec. Sans rentrer dans les détails, cette unité équivaut donc à la distance qui sépare la terre d’un corps céleste qui a un parallaxe annuelle de une seconde.

Qu’est ce que l’univers ?

On pourrait dire que la définition de l’univers est l’ensemble de toutes les choses qui existent et qui existeront, ce qui comprend donc, l’espace, le temps et la matière. L’univers est donc entre autres, composé de plein d’objets appelés objets célestes. On différencie les objets simples (étoiles, planètes, trous noirs …), les objets composés (galaxies, constellations, systèmes planétaires …) et les objets étendus (nébuleuses, matière noire …).

Une des choses importante à comprendre sur l’univers, est que sur Terre, nous ne pouvons observer que l’univers observable (également appelé l’horizon cosmologique). C’est à dire que nous voyons uniquement les objets qui nous ont envoyés de la lumière (dont la lumière nous est déjà parvenue). Avec nos télescopes nous ne pouvons donc observer qu’une partie finie de l’ensemble de l’univers. La limite de l’univers observable est bornée par une distance de 42 milliards d’années-lumière. Cette distance est évidemment énorme mais ne représente qu’une infime partie de l’ensemble de l’univers.

La vitesse de la lumière dans le vide étant de 300 000 km/sec, les plus lointains objets célestes que nous pouvons observer (à des milliards d’années-lumière) sont donc dans l’état qu’ils étaient il y a des milliards d’années. En d’autres termes, quand on regarde très loin dans l’espace, nous regardons dans le passé. Par exemple, si on voit (depuis la Terre) une étoile située à 50 000 années-lumière exploser, celle-ci a réellement explosé il y a 50 000 ans.

Les objets célestes simples

Commençons donc par les explications sur la composition de l’univers avec les objets célestes simples.

Les différents types de planètes

Une planète est un objet céleste qui a une masse suffisante pour orbiter autour d’une étoile. Sa masse doit être suffisante pour que la gravité lui permette d’acquérir une orbite presque sphérique. Une autre condition pour qu’un corps céleste soit considéré comme une planète est qu’il doit être le seul corps sur son orbite. C’est à dire qu’il a du éliminer tous ces rivaux par attraction. Il existe plusieurs types de planètes que nous allons voir maintenant.

Les types de planètes

Planète tellurique

Une planète tellurique est une planète similaire à notre bonne vieille Terre. C’est à dire qu’elle est composée majoritairement de roches et de fer. Elles ont à peu près toutes la même structure. Un noyau (composé de métaux en fusion) entouré par un manteau lui même recouvert par une croûte solide assez fine.

Planète géante

Une planète géante est comme son nom l’indique une planète très volumineuse et très massive. Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont les 4 planètes géantes de notre système solaire. Si on compare par exemple Jupiter à la Terre. Jupiter est 11 fois plus grande que la Terre et est 1400 fois plus volumineuse.

Les types de planètes

Les planètes géantes sont subdivisées en 2 types, les planètes géantes gazeuses et les planètes géantes de glaces.

Planète gazeuse

Une planète gazeuse (ou planète géante gazeuse) est une planète géante composée de gaz sur sa partie extérieure. Cette partie gazeuse recouvre généralement une couche liquide ou solide et un noyau composé d’éléments rocheux ou métalliques.

Si on prend l’exemple de Jupiter, sa partie extérieure est composée d’hydrogène moléculaire gazeux et plus on descend en profondeur plus celui-ci devient liquide (hydrogène moléculaire liquide). Celui-ci recouvre une couche d’hydrogène métallique liquide que l’on appel corps de la planète. Cet hydrogène est en effet devenu métallique car la pression est tellement élevée que l’hydrogène se comporte comme un conducteur électrique.

En ce qui concerne le noyau de Jupiter, celui-ci semble être constitué d’un mélange d’éléments plus lourds (rocheux ou métalliques) et semble atteindre des températures proches des 20 000° Celsius ainsi qu’une pression extrêmement élevée.

Composition et structure de Jupiter

L’atmosphère quand à elle est composée de nuages d’ammoniac et de nuages d’eau et de glace. Ces nuages d’eau combinés à la chaleur interne de la planète provoquent des orages 1000 fois plus puissants que ceux que l’on peut rencontrer sur Terre. On peut par exemple y rencontrer sans problème des vents d’une vitesse de 360 km/h. Et des anticyclones qui peuvent durer des centaines d’années (comme par exemple l’anticyclone connu sous le nom de la grande tache rouge que l’on observe depuis 1665 – vous pouvez l’observer dans l’image ci-dessus ou dans le GIF ci-dessous).

Mouvement de l’atmosphère de Jupiter (depuis Voyager 1)

Planète de glaces

Une planète de glaces est une planète géante qui n’est pas composée principalement ni d’hydrogène ni d’hélium. Elle est composée en grande partie d’éléments plus volatils comme l’eau, le méthane ou l’ammoniac. Son nom est en effet trompeur car la planète n’est pas forcément composée d’eau gelée, elle est appelée comme ça car les éléments qui la composent sont appelés “glaces” en astrophysique (quel que soit leur état, liquide solide ou gazeux). Notre système solaire contient 2 planètes de ce type (Uranus et Neptune). Attention à ne pas confondre les planètes géantes de glaces avec les planètes glacées qui sont des planètes telluriques recouvertes de glaces (eau solide).

Planète de glace composition

Si on prend l’exemple d’Uranus, son atmosphère diffère de celle Jupiter (planète gazeuse). Elles sont en effet toutes les 2 composées d’hydrogène et d’hélium mais Uranus possède beaucoup plus d’éléments volatils (tels que de l’eau, de l’ammoniac et du méthane).

Concernant la composition d’Uranus, elle possède un noyau de fer (qui est de l’ordre d’à peu près la masse de la Terre) recouvert par une composition de glaces d’eau, d’ammoniac et de méthane.

Les différents types d’étoiles (les différents états)

La naissance des étoiles

Une étoile est une boule de gaz en fusion qui émet sa propre lumière. Ce phénomène voit le jour suite à l’effondrement d’un nuage de gaz et de poussières (qui est à ce moment là sombre et froid). Sous l’effet de la force gravitationnelle le nuage se contracte et attire la matière vers son centre. Cette contraction produit une quantité d’énergie énorme et produit également une pression qui va s’opposer à la force gravitationnelle.

Ces 2 forces qui s’opposent vont finir par stabiliser l’étoile naissance, qui va arrêter de s’effondrer. La température en son centre va grimper jusqu’à atteindre des millions de degrés. La fusion nucléaire va alors finir par se produire (elle va transformer l’hydrogène contenu en son centre en hélium). Cette fusion va produire une énorme quantité d’énergie qui va être éjectée sous forme de lumière et de chaleur dans l’espace.

L’étoile va donc vivre la plus grande partie de sa vie en réalisant la fusion nucléaire. Et ce jusqu’à ce qu’elle ait transformé tout son hydrogène en hélium (ce qui prend généralement des milliards d’années).

Une fois qu’elle ne possède plus assez d’hydrogène, la fusion nucléaire de l’hydrogène va s’arrêter et l’étoile va continuer à s’effondrer sur elle même. Cet effondrement augmente encore considérablement la température au cœur de l’étoile. Ce qui va provoquer cette fois, la fusion de l’hélium (qui a été produit précédemment via la fusion de l’hydrogène). La fusion de l’hélium génère encore plus d’énergie que celle de l’hydrogène ce qui va provoquer une dilatation de l’étoile. L’étoile va devenir une géante rouge qui peut atteindre un rayon de 1000 fois celui de notre Soleil. L’étoile va donc grossir énormément et se refroidir, ce qui va lui donner sa couleur rouge.

Illustration sur les étapes de la vie d'une étoile

Une fois que cette géante rouge aura consommé tout son hélium, elle se transformera en nébuleuse planétaire ou en supernova (en fonction de la masse solaire de l’étoile de base).

Nébuleuse planétaire, naine blanche et naine noire

Quand une étoile est une petite étoile de maximum 8 * la masse de notre Soleil et qu’elle a consommé tout son hélium par la fusion (dans son état de géante rouge). Son cœur s’effondre et éjecte tout le reste du gaz qu’elle contient à cause de la pression des radiations. Tout ce gaz expulsé forme ce qu’on appel une nébuleuse planétaire avec en son centre le reste de l’étoile appelée à ce stade naine blanche.

Nébuleuse planétaire depuis géante rouge
Nébuleuse planétaire avec en son centre un naine blanche

Cette naine blanche est incroyablement dense (maximum 1,4 fois la masse de notre Soleil). L’étoile passera le reste de sa vie à se refroidir jusqu’à ne plus émettre du tout de lumière visible et devenir (hypothétiquement) une naine noire. Ceci est une hypothèse car l’univers est trop jeune pour qu’une naine blanche ait eu le temps de se refroidir et de se transformer en naine noire. De plus, si cela se produisait nous aurions beaucoup de difficultés à en détecter une car elle n’émettrait pas de lumière ni de chaleur.

Photo d'une naine noire
Naine noire

Supernova

Quand une étoile plus massive que 8 * la masse de notre Soleil a brûlé tout son hydrogène et son hélium elle implose (tout comme une nébuleuse planétaire, le cœur s’effondre sur lui même). Cette implosion s’appelle une supernova et produit une quantité de lumière faramineuse. Elle peut produire plus de lumière que l’ensemble des centaines de milliards d’étoiles que peut contenir une galaxie (voir la 3 ème image ci-dessous). Une supernova dégage également une quantité énorme d’énergie qui est équivalente à l’énergie que va produire notre Soleil sur toute la durée de sa vie.

Depuis la Terre on pourrait croire que c’est une nouvelle étoile, mais il n’en est rien, c’est bien l’implosion d’une géante rouge en supernova.

Hypernova

L’implosion des étoiles les plus massives provoque une hypernova (également appelée supernova super-lumineuse). Elle est équivalente à 100 supernovas soit 1046 joules. Il s’agit de l’explosion la plus violente de tout notre univers après celle du Big Bang bien sûr.

Explosion d'une hypernova
Hypernova

Étoile à neutrons

La plupart des étoiles qui possèdent une masse de 8 à 60 * la masse de notre soleil implosent en supernova comme expliqué précédemment. L’objet céleste qui en résulte possède une densité si importante que les protons et les électrons qu’il contient se combinent pour former des neutrons. L’objet ainsi nouvellement formé est appelé une étoile à neutrons (Il n’a d’étoile que le nom car sa composition est bien différente). Cet objet possède un diamètre de 20 à 40 km (pas plus) mais possède encore une masse comprise entre 1,4 et 3,2 * la masse de notre Soleil (c’est pour cela qu’on dit qu’il est extrêmement dense). En effet une cuillère à café d’étoile à neutrons pèse des centaines de millions de tonnes ! Les étoiles à neutrons sont catégorisées en 2 types, les pulsars et les magnétars.

Un pulsar est une étoile à neutrons qui tourne très rapidement sur elle même et qui produit un signal lumineux périodique. La fréquence du signal peut aller de l’ordre de la milliseconde à la seconde. En d’autres termes, si on observe un pulsar milliseconde depuis la terre, nous recevrons un signal lumineux toutes les millisecondes (un peu comme un phare).

Les pulsars sont très intéressants car ils peuvent fournir un signal milliseconde aussi précis qu’une horloge atomique. Plusieurs utilisations sont en cours d’expérimentation comme par exemple, la navigation spatiale basée sur le signal d’un pulsar. Un engin spatial pourrait déterminer sa position très précisément en détectant les signaux émis par plusieurs pulsars et effectuer une triangularisation. Et cela en étant totalement indépendant de la Terre !

Un pulsar
Pulsar

L’autre type d’étoile à neutrons s’appelle un magnétar. Il est quand à lui caractérisé par un champs magnétique particulièrement important. La naissance d’un magnétar est un phénomène très rare, on estime qu’une supernova sur 10 000 donne naissance à un magnétar.

Le champs magnétique d’un magnétar est largement supérieur à 10 gigateslas (le champs magnétique produit par la Terre est de 50 microteslas). Si un magnétar se trouvait à mi-distance de la distance qui nous sépare de la Lune, toutes les cartes de crédit de la Terre seraient démagnétisées. Un magnétar serait fatal à l’humanité s’il se trouvait à une distance inférieure à 1000 km.

Magnétar
Magnétar

Trou noir

Illustration d'un trou noir

Un trou noir se forme quand la force de gravité est suffisamment grande pour dépasser l’effet de la pression durant le développement d’une supernova. Ce phénomène se produit quand le rapport masse/rayon de l’objet dépasse une certaine valeur. Dans ce cas, l’objet s’effondre COMPLÈTEMENT sur lui même car absolument plus aucune force ne peut maintenir l’équilibre. Le trou noir est devenu tellement compacte qu’absolument tout ce qui se rapproche de lui est absorbé et cela concerne même les photons ! La lumière étant absorbée et ne pouvant pas s’en échapper, l’objet est donc totalement noir.

Trou noir supermassif

Qu’est-ce qu’une planète naine ?

En 2006 les scientifiques du monde entier se sont presque entre-tués pour savoir si Pluton était une planète ou non. De ce débat est née la définition d’une planète naine. La définition d’une planète naine est la suivante, une planète naine est un objet céleste presque sphérique en orbite autour du Soleil (tout comme une planète) mais qui n’a pas fait le ménage sur son orbite (qui n’a pas attiré ses concurrents). De plus, elle ne doit pas être un satellite (par exemple, la Lune n’est pas considérée comme une planète naine). Pluton qui était considérée comme une planète est donc, par définition, devenue une planète naine.

La planète naine Pluton
La planète naine Pluton

Qu’est ce qu’une comète ?

Une comète est un objet céleste propre au système solaire qui est composé de glaces, de roches et de poussières (d’une dizaine de kilomètres de diamètre). Ces petites boules de roches gelées gravitent au “bord” de notre système solaire sur une orbite appelée ceinture de Kuiper (bien plus loin que l’orbite de Pluton).

Lorsque qu’une de ces petites boules glacées dévie de son orbite et s’approche du soleil, une partie de sa matière fond et crée une queue de poussières (elle peut atteindre une longueur de plusieurs millions de kilomètres). C’est quand cette queue (également appelée la chevelure de la comète) apparaît (car la matière qui la compose réfléchit la lumière du soleil), que l’on appelle cette petite boule gelée une comète.

Qu’est ce qu’un astéroïde ?

Un astéroïde est un corps céleste rocheux ou métallique orbitant autour du Soleil. La différence avec une planète se situe au niveau de la forme, les astéroïdes possèdent souvent une forme irrégulière et une planète est souvent plus au moins sphérique. Il y également une différence au niveau de la taille, un astéroïde possède un diamètre inférieur à 1000 kilomètres. Quand un astéroïde rentre dans l’atmosphère terrestre son nom change en météorite.

Astéroide et météorite
Astéroïde (météorite) qui rentre dans l’atmosphère terrestre

Qu’est-ce qu’un météoroïde ?

Lorsqu’un astéroïde rentre en collision avec un autre objet il se désagrège en petits bouts. Les petits morceaux qui mesurent entre 30 micromètres et 1 mètre sont appelés météoroïdes (oui vous avez bien lu). Ces petits objets errent dans l’espace durant quelques millions à quelques centaines de millions d’années (pas beaucoup plus) avant d’être capturés par le champs gravitationnel d’une planète ou d’un satellite (par exemple la Lune). Lorsqu’un météoroïde rentre dans l’atmosphère terrestre, l’échauffement généré par le frottement de l’air produit de la lumière, le petit objet est alors appelé un météore.

Météoroïde sous cloche
Petit météoroïde trouvé sur Terre

Les objets célestes composés

Nous venons de voir les objets célestes simples de l’univers, voyons maintenant les objets célestes composés.

Système planétaire

Un système planétaire est un système composé tout d’abord d’une étoile centrale (comme par exemple notre Soleil) autour de laquelle orbite plusieurs objets célestes. Des planètes, des planètes naines, des comètes, des astéroïdes et des petits corps rocheux. Si on prend l’exemple de notre système solaire, celui-ci ressemble à ceci :

Notre système solaire

Le système planétaire le plus proche du nôtre dans notre galaxie s’appel Alpha du Centaure C et est situé à une distance d’environ 4,2 années-lumière, soit 270 000 UA. Pour atteindre son étoile centrale appelée Proxima du Centaure depuis la Terre avec une fusée actuelle (11 km/s), il nous faudrait 117 582 années terrestre. Et devinez quoi, on vient de découvrir une exoplanète orbitant autour de Proxima du Centaure, son nom est Proxima B. Autant vous dire, qu’il va nous falloir inventer un nouveau moyen de propulsion si on veut atteindre un jour cette planète habitable (la plus proche de nous) et l’utiliser comme planète de backup.

Alpha du centaure
© Alain BOMMENEL, Jean-MIchel CORNU / AFP

Qu’est ce qu’une constellation

Une constellation est un groupe d’étoiles voisines que l’on peut voir depuis la surface de la Terre (pas forcément proches mais voisines). Ce groupe d’étoiles forme une figure à laquelle on a donné un nom. Par exemple la constellation de la Grande Ourse.

Qu’est ce qu’une galaxie ?

Une galaxie est un assemblage d’étoiles, de systèmes planétaires, de gaz, de poussières et de vide. Il est communément admis que la plupart des grandes galaxies possèdent en leur centre un trou noir supermassif, comme c’est le cas dans notre galaxie (appelée la voie lactée – milky way en anglais). Ce trou noir supermassif peut atteindre une masse de 40 MILLIARDS de masses solaires! On peut détecter ces trous noir qui sont totalement invisibles car ils influencent les trajectoires des étoiles les plus proches. Les galaxies sont catégorisées en plusieurs types selon leur taille et leur forme. Par exemple la voie lactée est une galaxie spirale qui possède entre 200 et 400 milliards d’étoiles et a un diamètre d’environ 100 000 années-lumière. Voyons maintenant les différents types de galaxies plus en détails.

Galaxie spirale

Galaxie naine

Une galaxie naine, est comme son nom l’indique une petite galaxie. C’est à dire qu’elle ne possède qu‘une dizaine de milliards d’étoiles (la voie lactée en possède entre 200 et 400 milliards). Leur diamètre peut mesure entre 1000 et 20 000 années lumières (la voie lactée mesure 100 000 années-lumière). Ces galaxies naines gravitent généralement autour de galaxies plus importantes. Par exemple la voie lactée possède plus d’une trentaine de galaxies qui gravitent autour d’elle.

Galaxie géante

Une galaxie géante est une galaxie qui compte plusieurs milliers de milliards d’étoiles!

Galaxie géante
Galaxie géante COSMOS-AzTEC-1 qui contient 1000 fois plus d’étoiles que la voie lactée.

Galaxie spirale

Une galaxie spirale est une galaxie qui a la forme d’un disque aplati, celui-ci possède un bulbe lumineux en son centre et plusieurs bras lumineux qui contiennent les étoiles les plus jeunes et les plus lumineuses. Ces bras s’enroulent autour du bulbe en formant une spirale qui donne son nom aux galaxies spirales. La voie lactée est également une galaxie spirale.

galaxie spirale
Galaxie spirale

Galaxie elliptique

Une galaxie elliptique est une galaxie qui possède une forme ellipsoïdale.

Ellipsoïde
Ellipsoïde

Elle se différencie des galaxies spirales par l’absence de bras. De plus, le mouvement des étoiles y est totalement aléatoire contrairement à une galaxie spirale où l’ensemble des étoiles sont en rotation. On pense que les galaxies elliptiques se forment par la fusion de 2 ou de plusieurs galaxies (qui rentrent en collision).

Galaxie elliptique
Galaxie elliptique

Galaxie irrégulière

Une galaxie irrégulière est une galaxie qui ne possède aucune structure régulière (aucune forme discernable). La plupart des galaxies irrégulières sont des galaxies naines et leur petite taille les rend difficilement détectables. C’est pourquoi on ne détecte que les galaxies irrégulières “proches” de nous. On pense que les galaxies irrégulières étaient des galaxies spirales qui ont été déformées sous l’influence gravitationnelle de galaxies voisines plus massives.

Galaxie naine irrégulière
Galaxie naine irrégulière

Les amas de galaxies

Un amas de galaxies (également appelé amas galactique), est l’association de plus d’une centaine de galaxies et peut en contenir jusqu’à plusieurs milliers (en dessous de 100 galaxies on ne parle pas d’amas mais de groupe de galaxies). Celles-ci sont liées par la gravitation et sont relativement stables (aucune galaxie ne peut s’en échapper).

Millier de galaxies en amas
Amas de galaxies

Les amas de galaxies peuvent eux-mêmes s’associer avec d’autres amas pour former des superamas. Ces structures sont les plus grosses structures de tout l’univers connu et observable.

Superamas de galaxies
Superamas de galaxies “Hypérion” qui rassemble un million de milliards de fois la masse du Soleil

La voie lactée par exemple fait partie d’un groupe d’une trentaine de galaxies appelé Groupe local, lui même inclus dans un superamas nommé superamas de la Vierge.

Les objets célestes étendus

Nous venons de voir les objets simples et composés. Voyons maintenant les objets célestes étendus.

Qu’est ce qu’une nébuleuse

Une nébuleuse est un nuage géant constitué de gaz, de poussière ou de plasma. Il existe 2 types de nébuleuses, les nébuleuses diffuses qui émettent ou réfléchissent la lumière des étoiles qu’elles contiennent. Et les nébuleuses obscures qui bloquent complètement la lumière qui la compose et voile ce qui se trouve derrière. En d’autres termes, on ne peut pas voir à travers, ni même les observer dans le spectre visible. On peut les détecter en appliquant du contraste sur un champs d’étoiles qui l’entoure.

Photo d'une nébuleuse
La nébuleuse de l’Aigle vue par le téléscope Hubble

Qu’est ce que la matière noire ?

La matière noire (ou matière sombre) est une matière qui composerait (hypothétiquement) plus de 80% de l’univers. L’existence de la matière noire est une hypothèse car on ne l’a jamais directement observée et on ne sait pas expliquer sa composition. La plupart des astrophysiciens sont d’accord sur le fait de l’existence de cette matière noire car on peut observer directement ses effets par calculs mathématique.

Pour illustrer cela, quand on observe les galaxies d’un amas, on remarque (par calculs) que les galaxies s’y déplacent comme si l’amas contenait beaucoup plus de matières que l’ensemble de la matière qui la compose visuellement. L’hypothèse est donc qu’il existe une matière sombre (invisible) qui n’émet pas de lumière mais qui serait bien réelle. Et en ajoutant cette matière à l’équation, tout fonctionne.

La matière noire et vitesse de galaxie

Si vous souhaitez en savoir plus sur la matière noire, je vous invite à regarder cette vidéo très bien réalisée par la chaîne ScienceEtonnante.

En conclusion

Pour résumer cet article voici une illustration qui résume brièvement l’ensemble de cet article.

J’espère que vous avez pris autant de plaisir à lire cet article que j’en ai pris à l’écrire. N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) pour être au courant quand un nouvel article sur l’espace sortira. N’hésitez évidemment pas à nous donner votre avis en commentaires ci dessous.

4 claps